DIALOGUE

L‘effet Rashomon. Ou: Le collecteur de fonds et la directrice d‘une fondation de mécénat

Vous connaissez le film «Rashōmon» du réalisateur japonais Akira Kurosawa? Il se distingue par une technique narrative très particulière. Ainsi, dans le cadre de «l‘effet Rashomon», diverses personnes donnent des versions contradictoires mais chacune intrinsèquement cohérente d‘une seule et même situation. Cette technique me semblait appropriée pour mettre en lumière certains aspects dans le domaine de la levée de fonds. Car découvrir la réalité du travail de l‘interlocuteur peut aider à repenser nos propres processus ou tout simplement à calmer nos nerfs.

par Fatiah Burkner, directrice de la fondation Max Kohler

Les acteurs sont l‘organisation A, qui travaille depuis de nombreuses années avec succès à l‘amélioration des conditions de vie de son groupe cible, et la fondation B, qui a un budget de mécénat annuel et une directrice comme seule employée. Toute ressemblance avec des situations réelles est purement volontaire.

 

Moteur… Action!

Le collecteur de fonds de l‘organisation A recherche des ressources et saisit des mots-clés dans une base de données de fondations. Merveilleux, de nombreuses fondations potentielles! Dommage que la plupart ne possèdent pas de site Internet avec plus d‘informations. Alors il envoie d‘innombrables dossiers au petit bonheur la chance – avec le bilan annuel et une brochure, on ne sait jamais. Il soupire, car cela fait grimper les coûts liés à la collecte de fonds. Alors que les fondations elles-mêmes tiennent à réduire les frais de gestion !

C‘est alors qu‘il se rappelle la directrice sympathique de la fondation B. Elle l‘a écouté avec enthousiasme parler de son organisation et a bien compris qu‘ils ont absolument besoin d‘engagements sur plusieurs années pour garantir la sécurité en matière de planification. Il lui téléphone et sollicite une contribution sur 3 ans.

La décision tombe: accord pour un an avec perspective de renouvellement. Il se réjouit, oui, mais il est aussi perplexe. L‘organisation A correspond pourtant parfaitement à l‘objectif de la fondation! Après leurs discussions, il avait escompté plus et n‘avait pas abordé d‘autres mécènes.

 

Changement de décor

La directrice de la fondation B explore les demandes de financement. Plus de 300 demandes par an, dont 20 au maximum seront acceptées. Pour la plupart, un simple coup d‘œil suffit, ça ne convient tout simplement pas. Elle se sent quand même mal quand elle déchiquète une fois de plus des montagnes de dossiers refusés, de bilans annuels et de brochures. Elle soupire. Un simple appel préalable aurait évité bien des efforts au requérant. Heureusement, le nouveau site Internet est enfin en ligne, car le nombre de demandes intéressantes augmente sensiblement.

Elle lit la demande de l‘organisation A. Elle est super. Eh mince, pense-t-elle, exactement comme les deux autres demandes affichant les mêmes objectifs! Car elle doit faire une sélection pour respecter le budget de mécénat. Elle résume sur une page le dossier fourni. Bon sang, ce lyrisme dans la demande! Mais où sont les aspects vraiment importants? Puis elle répète ses plaidoyers pour dix autres demandes.

Jour de session: le conseil de fondation se retrouve autour de la table design ovale. Il trouve l‘organisation A super et comprend la problématique de la sécurité de planification. Mais avec une décision sur plusieurs années, une grande part du budget de mécénat serait déjà utilisée. Cela laisserait peu de place pour d‘autres projets cette année, non? Et est-ce qu‘il ne vaudrait pas mieux donner sa chance chaque année à un autre? D‘accord, l‘organisation A est renommée et efficace, mais est-elle innovante? Est-il important d‘être innovant? Plusieurs personnalités très différentes discutent longuement. La décision est prise: pour l‘instant, un an seulement, avec perspective de renouvellement.

Résumé pour les requérants

  • Les fondations sont soumises à des forces que vous ne pouvez ni connaître, ni influencer. Un refus n‘a souvent rien à voir avec votre demande. Alors ne misez jamais sur un seul cheval.
  • Quelqu‘un qui vous est favorable mais ne connaît vos objectifs que superficiellement parle pour vous devant le conseil de fondation. Aidez-le avec un «Elevator Speech» parfait.
  • Ne vous reposez jamais uniquement sur la charte d‘une fondation. Appelez.

Résumé pour les fondations de mécénat

  • Les inefficacités dans la levée de fonds peuvent être éliminées si vous précisez votre objectif de mécénat dans votre profil sur www.stiftungschweiz.ch.
  • Cherchez des contacts parmi les collecteurs de fonds. Les échanges réguliers et ouverts valent de l‘or. Merci à Wanda et Michael!